vous êtes ici : Les projets aboutis en attente de leur éditeur / Les paquebots de feu / Bonus / Le gag sur Sarah Bernhardt
22-11-2017

 

 


Photo de Cadaquès vu d'un bateau

Bateaux au mouillage devant Cadaquès

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Photo de Sarah Bernhardt  par Nadar.

Portrait de Sarah Bernhardt par Nadar


La planche N° 2 de Frank Brichau

La planche N° 2 de Frank Brichau

Une expérience vécue

Les bateaux au  mouillage dans l'anse de Cadaquès.

L'anse de Cadaquès

Le gag faisant intervenir Sarah Bernhardt à la planche 2 de l’album est l’extrapolation directe d’une expérience personnelle.

Quand j’officiais comme G.O. (Gentil Organisateur, c’est-à-dire moniteur) j’ai passé un été au village du Club Med de Cadaquès en Espagne. Des promenades en bateau le long de la côte y étaient régulièrement proposées aux G.M. (Gentil Membres, c’est-à-dire les clients). L’une de nos blagues favorites, à bord, en arrivant dans l’anse de Cadaquès, là où étaient toujours mouillés quelques beaux yachts, était de choisir le plus gros, et d’attendre d’en être assez prêt pour lancer ostensiblement quelques remarques du genre :
-    Tiens Alain Delon est revenu avec son bateau !
ou encore :
-    Regarde, c’est confirmé ! Antony Quinn fait bien escale à Cadaquès...
Les propriétaires virtuels de ces bateaux changeaient régulièrement au gré de notre humeur, et Elizabeth Taylor, Claudia Cardinale et quelques autres stars se sont ainsi vues gratifiées par nous de la propriété de quelques très belles coques.

Rumeur, rumeur, quand tu nous tiens...

Trois cases pour le strip du gag sur Sarah Bernhardt

Le strip du gag sur Sarah Bernhardt

C’est après ce genre de remarques très inventives que nous avions du mal à garder notre sérieux... Car elles n’étaient formulées qui si quelques G.M. se trouvaient à portée de voix. Ils ne manqueraient pas ainsi de capter nos commentaires,  qui n’étaient d’ailleurs pas censés leur être destinés. La rumeur se répandait alors aussitôt, à une  vitesse hallucinante, parmi nos passagers ! Ce que nous guettions par-dessus tout se produisait assez régulièrement : il y en avait bien souvent un, ou une, pour affirmer avoir vu le célèbre propriétaire, derrière un hublot, ou descendant dans la cabine ou dans quelque endroit invérifiable... Difficile de ne pas éclater de rire ! Si ces braves vacanciers repartaient de la promenade en mer avec un souvenir inoubliable, nous, nous avions gagné de bons moments pour la soirée à venir, quand nous allions raconter la nouvelle version du gag aux autres G.O....  
Il m’a semblé évident que ce gag, qui avait toujours marché au début des années 70, devait fonctionner pareillement au début du siècle... Ne dit-on pas que les mêmes causes produisent toujours le même effet ?