vous êtes ici : Les ouvrages publiés / Leucate plein cadre / Bonus / Trois heures = trois secondes...
22-11-2017

Photo de l'affiche de l'exposition dédiée à Henry de Monfreid ,à La Franqui

L'affiche de l'exposition de 2003

 

 


Photo de l'Obock prise par Noel Hautemanière et sélectionnée dans les pages de Leucate plein cadre...

L'Obock sous l'objectif de Noël Hautemanière

La photo à ne pas manquer...

Une photo classique de l'Obock  dans l'avant-port de Port Leucate

L'Obok sous voile

En 2003, Noël Hautemanière s’activait à réaliser l’ensemble des photos destinées au livre. Au début de l’été, j’étais très pris par l’organisation à Leucate d’une exposition consacrée à Henry de Monfreid, le célèbre aventurier/écrivain, l’enfant du pays. Pour le jour de l’inauguration, le propriétaire de l’ancien voilier de Daniel de Monfreid (le fils d’Henry qui l’avait dessiné et construit en 1961), avait été sollicité afin que son bateau, l’Obock, puisse venir mouiller dans l’anse de La Franqui. Sa présence constituait un beau décor car ce bateau a maintenant une apparence très exotique avec son gréement de type «dinael» d’origine et sa cabine arrière tardivement rajoutée, qui le fait ressembler à un boutre. C’était une belle opportunité à ne pas manquer...

La patience du chasseur d’images...

Je transmis aussitôt l’information à Noël car le sujet me semblait intéressant  pour illustrer les pages prévues sur Henry de Monfreid.
-    Bonne idée, Jacques ! A quelle heure le bateau passera t-il devant la falaise ?
-    Alors là... ! Ce n’est pas la SNCF, tu sais… L’Obock viendra de Canet, et il devrait être sur place au plus tard en fin de matinée. Pour le reste, ça dépend du vent, de l’état de la mer, et du réveil du capitaine…

Noël a toujours été d’une incroyable patience pour réaliser ses photos. Il sait en général exactement ce qu’il veut et il est capable d’attendre des mois avant de trouver la bonne lumière, le bon ciel,  le bon décor… Dès six heures du matin, il était en poste en haut de la falaise, et c’est seulement vers neuf heures que l’Obock est arrivé à son niveau. En un instant, les clichés étaient pris. Trois heures d’attente pour trois secondes de photos…