vous êtes ici : Les ouvrages publiés / Le paquebot des sables (version roman) / D'où est venue l'idée de ce roman / Un paquebot qui a perdu sa mémoire...
26-09-2017

Photo du premier night club ouvert en 1968 à bord du Lydia

La discothèque du Lydia


Photo du restaurant Isadora à bord du Lydia, dans sa période japonaise

Le restaurant du bord : l'Isadora


Photo de la salle du casino créé  à bord du Lydia par le groupe japonais SEIBU

La salle de casino


Photo de la passerelle de navigation du Lydia

La passerelle de navigation

Un habitué du paquebot des sables...

Schéma de l'intérieur du Lydia, dans sa période japonaise...

L'éclaté du Lydia lors de sa période japonaise

Quand je suis venu m’installer à Leucate, j’y ai découvert l’existence d’un étonnant paquebot, le Lydia, ensablé sur une plage voisine. Je n’en fréquentais alors que son night club, son bar de nuit et son restaurant. En 1975, j’ai eu l’occasion de beaucoup mieux le connaître, de l’intérieur si je puis dire, car je travaillais alors pour le compte du groupe japonais qui venait de l’acquérir pour le transformer en casino. Je m’occupais quant à moi de la partie immobilière de l’opération puisque la construction d’une résidence y était associée. Avant que celle-ci ne soit sortie de terre, nos bureaux se trouvaient  à bord du bateau, une originalité que j’appréciais beaucoup.

Une lacune criante !

Journal de bord du Lydia de 1962 à 1964

Un journal de bord sauvé du naufrage...

Ce qui m’a alors intrigué, c’est de ne découvrir aucun document, aucune photo, du Lydia sur l’eau, pendant sa carrière à la mer de 1931 à 1967. Comme si on ne s’intéressait à lui que depuis qu’on l’avait volontairement ensablé... C’était frustrant ! J’ai appris plus tard la raison de ce black out.  Il y avait bien eu à bord une caisse contenant les archives du bateau, mais lorsque les Japonais avaient fait exécuter les travaux d’aménagement du casino, un pont entier avait été entièrement décloisonné, et les intérieurs avaient été profondément modifiés. Tout avait été jeté sans précaution, parfois brûlé sur place, et la caisse d’archives avait disparu dans ce véritable naufrage...