vous êtes ici : Conseils pratiques à un scénariste BD débutant / Des données de base à respecter
25-09-2017

Des données de base à respecter

Donnée N° 1 :

Les albums BD standards comptent en général 46 planches, a fortiori un premier album. Il s’agit donc de bien répartir son histoire en conséquence.

 

Donnée N° 2 :

Pour un premier album, il est indispensable que le tandem scénariste/dessinateur soit formé dès le départ. Si l’équipe n’est pas constituée d’emblée, l’éditeur, quel qu’il soit, ne fera sans doute pas l’effort de rechercher un partenaire, tellement il reçoit de propositions « toutes ficelées » par ailleurs …

 

Donnée N° 3 :

Il est très difficile de convaincre un éditeur sur le seul projet d’un « one shot »,  surtout quand on n’est pas encore connu.  La raison est d’ordre économique car un album unique est rarement rentable en termes d’édition. Le projet d’une série est donc nettement plus recevable.

 

Donnée N° 4 :

Un éditeur, petit ou grand, prendra la décision de publier au vu d’un simple synopsis (de quelques pages de texte), et de deux ou trois planches de dessins (encrées, mais pas nécessairement mises en couleurs). Le tout, bien sûr, accompagné d’une belle lettre de présentation : un éditeur aime bien savoir à qui il a affaire.  Inutile d’écrire le scénario détaillé (cela représente 60 à 70 pages pour ceux que j’écris) et encore moins d’en dessiner toutes les planches à l’avance. Chaque chose en son temps…